Horizon Saint-Gervais

[Pollution vallée de l'Arve et confiance dans la vie publique]

Actualités

Monsieur le Président de la République se rend aujourd'hui à Saint-Gervais dans le cadre des problématiques de la protection du Mont-Blanc et de la pollution en vallée de l'Arve.

L'occasion, avant les élections municipales, pour monsieur le maire de Saint-Gervais, de se positionner en lanceur d'alerte sur ce dernier enjeu. Or, les Saint-Gervolains ne sont pas dupes et se rappellent qu'il y a peu, monsieur Peillex minimisait dans les médias cette pollution par peur d'une répercussion sur le tourisme à Saint-Gervais.

Pour rappel, en 2015, Jean Marc Peillex réclamait publiquement des sanctions contre le docteur Frédéric Champly, médecin chef des services d'urgence de l'hôpital de Sallanches, pour son lancement d'alerte dans un reportage France 2 sur les conséquences de la pollution dans la vallée de l'Arve sur la santé des concitoyens. (voir article du Dauphiné Libéré )

Plus récemment, en 2017 dans un article du journal national Libération, monsieur Peillex niait la présence de pollution sur sa commune ainsi que les pics de pollution dans la vallée de l'Arve, pour des raisons économiques également, au détriment de la santé de ses administrés :

" [...] Chamonix, Sallanches, Passy, Saint-Gervais-les-Bains, Cluses, Scionzier, Bonneville, La Roche-sur-Foron : près de 155 000 personnes sont potentiellement exposées à des taux de microparticules (les PM10 et les PM2,5) dépassant ceux de certaines mégalopoles. En cause, le chauffage au bois (responsable en ce moment de 70 à 80% des émissions, contre 60% en temps normal), les transports routiers (23% des PM10 et trois quarts des oxydes d’azote) et l’industrie (12% des PM10).

Un constat que réfute Jean-Marc Peillex, maire UDI de Saint-Gervais : «C’est de la désinformation, c’est faux de dire que toutes les communes de l’Arve sont touchées, assène-t-il. Saint-Gervais n’est quasiment pas concerné par la pollution, contrairement à Passy», où se trouve l’une des bornes de mesure de l’observatoire agréé par l’Etat. «Il n’y a pas de pic dans la vallée de l’Arve, il y en a partout en France, mais tout le monde ne se trouve pas au pied du mont Blanc, alors on en parle moins», reprend-il [...]
Or la vallée de l’Arve tire une partie de ses revenus de l’or blanc et de son corollaire, la spéculation immobilière. «Oui, tout le monde en vit de l’activité touristique, y compris l’urgentiste qui fait les secours en montagne. Vous voulez qu’on crève en arrêtant ?» rétorque le maire de Saint-Gervais, par ailleurs PDG d’une agence immobilière. "

Dans une vidéo publiée sur la plateforme Youtube en mai 2018, monsieur Peillex incriminait le ministre de la transition écologique de l'époque, Nicolas Hulot, le député actuel de la 6e circonscription, Xavier Roseren, ainsi que le maire de Chamonix, Eric Fournier, pour leur inaction face à la pollution dans la vallée de l'Arve. Mais qu'a fait monsieur Peillex, si ce n'est dans un premier temps, nier la pollution (par peur des répercussions sur l'économie, au détriment des répercussions sanitaires) et dans un second temps crier au scandale (par démagogie politique, une fois constaté que l'opinion public était unanime face à cet enjeu) ?
Nous le rappelons : être réduit à simple spectateur de l'intercommunalité ne permet pas à notre commune de peser dans les décisions qui permettront de supprimer les sources de pollution. Cette problématique dépasse les frontières de notre commune et ne pourra être solutionnée que grâce à la concertation. Le temps presse et des propositions radicales doivent être mises sur la table.
L'action politique en faveur d'un changement d'air plus sain ne se règle pas en polémiquant sur les réseaux sociaux.
La confiance des citoyens en la vie publique ne s'améliorera pas non plus avec des politiciens semblables à des girouettes qui changent de sens au gré du vent.

Dans notre consultation publique, à la question : « La problématique de la qualité de l’air vous paraît-elle importante ? », vous avez répondu à 100% « OUI ». À la question : « Pensez-vous qu’elle est bien prise en compte ? », vous avez répondu à 98% « NON ».
Notre collectif de citoyens, au projet participatif et innovant, met ces problématiques très préoccupantes AU COEUR DE SON PROGRAMME et en fait sa PRIORITÉ NUMÉRO UNE. Pour la santé, le bien-être de chacun, des générations futures et le bien-vivre à Saint-Gervais.

Chers Saint-Gervolains, le 15 mars 2020, dans l'isoloir, ayez en tête cette image d'un maire qui maîtrise l'art de blâmer les autres quand il devrait se blâmer lui-même, et votez en tout conscience.
-
Sources :
Article Libération
Article Le Dauphiné


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.