Horizon Saint-Gervais

La Communauté de Communes du Pays du Mont-Blanc doit voter la prise de compétence Mobilité

Actualités

La loi Lom de 2019 oblige les territoires à choisir définitivement, d’ici au 31 Mars 2021, entre laisser la compétence Mobilité aux Régions ou la prendre au niveau des Communautés de Communes.

Pour le Pays du Mont-Blanc, cette compétence sur tous les systèmes de transport (cars, bus, minibus, autopartage, co-voiturage, vélos en libre-service, câble…) est vitale, car il y a une forte pollution dans la vallée de l’Arve due principalement au trafic routier et parce que la santé des habitants, ainsi que l’attractivité touristique de notre Région, vont dépendre de la mise en place de mobilités collectives et vertes.

On part de très loin, puisque les communes concernées ont majoritairement repoussé cette option de prise de compétence en 2014, alors qu’elles pouvaient le faire. Quand on interroge les acteurs élus de l’époque, on voit que l’argument principal des communes hostiles (Sallanches, Saint-Gervais, Megève entre autres) est qu’elles ont déjà quelque chose en place dans leur territoire et ne veulent pas que cela passe sous l’autorité de la Communauté de Communes.

C’est un raisonnement à très courte vue, pour des raisons évidentes : cette compétence permet de rapprocher les décisions au niveau local, au plus près des utilisateurs. Pourquoi demander à des fonctionnaires basés à Lyon (ou Annecy) de choisir les horaires et les itinéraires de nos transports collectifs, quels qu’ils soient ??   Pourquoi remplir des dossiers et tenter de les convaincre alors que nos élus locaux sont mieux placés pour le faire ?? Cette prise de compétence permettrait de coordonner l’offre entre nos communes, la rendre visibles à tous, organiser intelligemment les correspondances et les pôles multimodaux autour des gares. Elle permettrait d’éviter les gaspillages et inefficacités, de développer les nouveaux services dont nous avons besoin (co-voiturage et pistes cyclables…).

Cette décision permettrait aussi de renforcer les moyens financiers alloués au transport collectif et à la mobilité douce, puisqu’elle permet de garder tous les financements existants, en particulier ceux de la Région, et d’y ajouter sur décision politique de la CCPMB une ressource supplémentaire qui s’appelle le versement mobilité, qui existe presque partout en France (mais pas au pays du Mont-Blanc) et finance en moyenne la moitié des transports collectifs.

Nos Maires vont se réunir dans quelques jours pour faire ce choix, essentiel pour notre avenir et celui de nos enfants. Il ne s’agit pas de supprimer la voiture, mais d’en limiter l’usage lorsque c’est possible, en particulier pour des trajets réguliers comme pour aller à l’école, à son travail, ou faire des courses. La santé de nos poumons et de nos systèmes cardio-vasculaires en dépend ! La qualité de l’environnement et l’attractivité de nos sites également.

Je vous invite tous à faire entendre votre voix et à peser dans la décision finale. Le débat au sein des Communes et de la Communauté de Communes est malheureusement resté très confidentiel, ce qui est assez choquant d’un point de vue démocratique. Si vous voulez de plus amples informations, demandez l’étude de SYSTRA qui a été remise aux élus le 9 octobre 2020.

Cyrille du Peloux , conseiller municipal de Saint-Gervais


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.