Horizon Saint-Gervais

Ascenseur valléen : Lequel et avec quel montage ?

Actualités

Ceux qui ont suivi la campagne des municipales se souviendront que dans les programmes proposés il y avait deux projets structurants pour faciliter l’accès à Saint-Gervais depuis la vallée ; le projet du maire, baptisé ascenseur valléen , consistant à installer une télécabine pour les touristes entre Domancy et le Mont d’Arbois ; le projet Horizon Saint-Gervais, consistant à installer une liaison de transport public par câble entre la gare du Fayet et le bourg de Saint-Gervais, complétée par l’implantation d’un pôle multimodal et de parkings près de la gare.

J’ai eu le grand plaisir, avec mes collègues, de constater que le projet actuellement à l’étude, rebaptisé ascenseur valléen, est bien celui d’Horizon Saint-Gervais. Il s’inscrit dans une double vision, d’urbanisme rapprochant les deux bourgs, et d’environnement en commençant à réduire la pollution de la vallée de l’Arve, qui est un des territoires les plus pollués d’Europe, du fait principalement du trafic routier.

Est venu se greffer depuis un troisième projet d’ascenseur hydraulique entre les thermes et le bourg de Saint-Gervais, projet dont je n’entrevois ni l’utilité ni les moyens de le financer, et qui fait double emploi avec le projet par câble.

Concentrons-nous sur le projet par câble entre la gare du Fayet et le bourg de Saint-Gervais, arrivant au niveau de la télécabine du Bettex (le DMC). Ce moyen de transport public doit faire l’objet d’un futur appel d’offre, comme c’est la règle lorsque l’on veut déléguer l’exploitation d’une telle liaison à une société. Cet appel d’offre doit être lancé par l’autorité en charge des transports publics, qui est actuellement la Région, sauf si les Maires des Communes du Pays du Mont-Blanc décident enfin de prendre en main la compétence Mobilité, comme ils doivent en discuter dans les prochaines semaines au niveau de la Communauté de Communes. J’espère d’ailleurs de tout mon cœur et de toute ma raison qu’ils auront la sagesse de choisir de prendre en main cette compétence, vitale pour l’avenir du Pays du Mont-Blanc, et que c’est donc la CCPMB qui lancera l’appel d’offre et contribuera au financement du projet.

L’hypothèse de rentrer ce projet de liaison dans l’actuelle concession des remontées mécaniques ne me parait pas envisageable, d’abord parce qu’il s’agit d’un moyen de transport public et non pas d’un équipement touristique. Ensuite parce que la loi française et la directive européenne sur les concessions interdisent de procéder par avenant pour une modification substantielle d’un contrat de concession en cours. Et tel est bien le cas, car le projet par câble (d’un cout de 12 M d’euros) nécessite de refaire la gare DMC et de moderniser plus tôt que prévu la télécabine du Bettex, ce qui représente au total un investissement d’au moins 30 M d’euros.

Ce projet de câble est un bon projet, qu’il ne faut pas fragiliser en contournant les règles, car on risquerait de tout bloquer au premier recours venu. Il faut donc compléter les études d’implantation, lancer les procédures et les études d’impact et préparer un cahier des charges pour lancer l’appel d’offre. Et d’après moi, séparer cela de la concession des remontées mécaniques qui a ses propres problèmes et ses fragilités juridiques (valeur résiduelle du contrat trop élevée).

Je pense que si ces conditions sont respectées le projet devrait aboutir.

Cyrille du Peloux , conseiller municipal de Saint-Gervais.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.